Quels sont les contre-indications et risques liés à la cup ?

with 2 commentaires

Les dangers de l’utilisation des tampons et serviettes hygiéniques sont de plus en plus connus et reconnus. La coupe menstruelle semble alors être la bonne alternative, une solution qui s’impose d’elle-même. Mais l’utilisation de la cup ne nécessite-t-elle aucune précaution ? Est-ce vraiment sans danger ? Dans quels cas ne peut-on pas utiliser la coupe menstruelle ?

Pour une question qui touche à la santé, et plus précisément à l’hygiène intime des femmes, il est indispensable d’être le plus impartial et objectif possible.

Contre-indications et risques de la coupe menstruelle

Certains cas particuliers excluent l’utilisation de la cup. Elle est contre-indiquée :

  • pour les saignements post-nataux,
  • en cas d’infection vaginale (comme tout autre protection hygiénique interne),
  • lors d’un traitement par ovule ou crème vaginale,
  • juste après un accouchement, une fausse couche ou un avortement,
  • en cas d’antécédent de Syndrome du Choc Toxique (SCT).

Bien qu’on ne puisse pas directement parler de danger, lorsque l’on porte un stérilet ou un anneau vaginal, il est nécessaire de prendre certaines précautions. Si la coupe menstruelle est retirée sans annuler l’effet ventouse, c’est à dire en la pinçant pour chasser l’air, elle peut déloger le dispositif intra-utérin ou l’anneau contraceptif. Il faut également noter que la cup ne doit pas être portée trop haut : un espace doit subsister entre la cup et le col de l’utérus.

Si la coupe menstruelle reste nettement moins dangereuse que les protections menstruelles classiques, elle nécessite néanmoins une utilisation raisonnée. Pour éviter tout risque infectieux, il est important de ne pas la porter plus de 8 heures d’affilée sans la vider afin que le sang ne stagne pas trop longtemps dans le vagin. En effet, bien que la coupe menstruelle respecte la flore vaginale car n’absorbe pas les sécrétions, une infection peut toujours théoriquement survenir.

Dans les faits, bien qu’aucun cas n’ait été relevé, une utilisation anormalement prolongée de la cup pourrait augmenter la probabilité de développer le Syndrome du Choc Toxique ou SCT.

Pour lever tout doute sur la comptabilité entre la coupe menstruelle et sa situation personnelle, il est conseillé d’en parler à son gynécologue.

Les précautions à prendre avec la cup

Avant de manipuler la coupe menstruelle, que ce soit pour l’insérer ou la vider, il est indispensable de bien se laver les mains au savon. En agissant de la sorte, on évite les risques d’infection des muqueuses qui sont particulièrement fragiles.

Contrairement aux protections hygiéniques classiques, la coupe menstruelle n’est intrinsèquement pas stérile, tout simplement parce qu’elle est réutilisable pendant 10 ans et plus pour certaines. Il est donc important pour son utilisatrice de systématiquement stériliser la cup juste avant les règles et en fin de cycle menstruel. On stérilise la cup en la faisant simplement bouillir pendant 3 minutes.

Retrouvez nos conseils sur l’utilisation de la cup : comment la stériliser, la mettre et l’enlever.

Toutes les 8 heures, la coupe menstruelle doit être vidée et bien rincée à l’eau claire avant d’être réinsérée.

Pour ne pas altérer les propriétés du silicone médical qui compose la cup, il est recommandé de la conserver dans sa pochette entre deux cycles, au sec et à l’abri de la lumière. Dès que l’aspect du silicone change, qu’il se rigidifie, se déchire ou qu’une pellicule huileuse apparaît, cela indique que la coupe menstruelle arrive en fin de vie. Il faut alors la jeter et en changer.

2 réponses

  1. henaff laurence
    | Répondre

    bonjour, ayant été opérée a 2 reprises pour 1 cancer du col de l utérus en 2007, je ne peux pas utiliser ma CUP car il ne me reste pas beaucoup de col. je refuse de continuer a mettre des tampons toxiques donc je continu avec des serviettes.

    • Sophie
      | Répondre

      Bonjour Laurence,

      Si dans votre cas la serviette reste la meilleure solution de protection lors de vos règles, il convient toutefois de se méfier de la composition des serviettes hygiéniques jetables… Des analyses réalisées par le magazine 60 Millions de consommateurs avaient permis de détecter des résidus de substances toxiques comme la dioxine parmi les serviettes de grandes marques (substance que l’Organisation Mondiale de la Santé considère comme cancérigène ! ).

      Les serviettes lavables en coton bio peuvent être une bonne alternative. On en trouve d’ailleurs un peu partout sur le net, de toutes tailles et formes 🙂

Répondre